dimanche 20 juillet 2008

La communauté : ses forces et ses risques

Aujourd'hui et particulièrement dans le domaine de l'informatique, de nombreux projets implique une communauté dans leur développement. C'est le cas de la plus part des logiciels libres.

D'abord comment peut-on définir la communauté de ce type de développement. Je dirais que c'est un regroupement de personne se reconnaissant entres elles à travers leur participation au projet de manière bénévole (ce qui n'implique pas désintéressé). Cette même participation peut avoir lieu à plusieurs niveau, par exemple pour des projets logiciels :

  • Conception et développement du logiciel ;
  • Assistance aux utilisateurs.
L'avantage de ces communautés n'est plus à prouver : c'est la que repose le succès de certains projets open-source ou d'une application à destination des développeurs. En effet, la communauté offre une force de travail gratuite ou quasiment. Néanmoins l'hétérogénéité de cette main d'oeuvre implique de mettre en place un certain nombre de mécanismes permettant de mesurer la pertinence des contributions. Un exemple flagrant de ce développement de validation est wikipedia où tout un staff permet de garantir un contenu de qualité.

Oui mais jusqu'où va se paradis... C'est en voulant référencer un jeu servant d'application de démonstration pour KenaGard : un jeu de Nim en Flex, que j'ai réfléchis au problème. Ayant vu que des jeux similaires étaient déjà référencer, j'ai ajouter le nôtre à la liste. Le problème : le statut des liens externes n'est pas bien encadré sur wikipédia; donc c'est à l'appréciation des administrateurs... S'ils ne sont pas d'accord tant pis : Wikipédia ne doit pas devenir un annuaire de liens. L'enjeu réside sur comment statuer sur l'intérêt d'un lien... Un problème isolé qui m'a fait réfléchir à de nombreux autres.

Tout cela pour dire qu'un projet dirigé par une communauté est un amas d'éléctrons libres capables de partir à leur gré sans aucune contrainte aussi forte qu'un salaire pour les retenir... C'est ainsi que des projets informatiques sont souvent victimes de quelques bénévoles zélés ayant une très haute estime d'eux-mêmes et de leur pouvoir. On assiste parfois dans le monde du logiciel à ce que l'on appel des forks (fourchettes) la fission d'un projet en deux autres projets le plus souvent en raison de désaccord.


2 commentaires:

  1. http://claude.bobey.free.fr30 août 2008 à 23:23

    Salut,
    J'ai trouvé ton lien sur génération Linux. Bravo pour le propos engagé de ce blog. Oui, les journalistes devraient venir ici de temps à autre pour avoir un autre regard.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un plaisir de pouvoir échanger sur des thèmes divers, assez étrange que ton blog et le miens semblent approcher deux sujets apparement étrangés.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails