jeudi 2 septembre 2010

Retour sur sortie de crise

Ils étaient amusants les débats en plein début de crise avec les hystériques de l'interventionnisme qui argumentaient sec à coup d'"Argent !!!!". Fallait foutre de l'oseille partout ; du coup dans l'histoire, rassurez-vous : Renault va bien, toutes ces jolies voitures fabriquées à la sueur de CGTistes d'entreprises semi-public ça fait chaud au coeur.

Suite à cette reprise sous forme intraveineuse, le temps a été à l'euphorie, à la grande fête masturbatoire où plus d'un politique s'est offert des envolées lyriques que la décence m'interdit de ressasser. Mais alors que certains était en phase de dégrisement, d'autres carrément assoupis le nez dans leur poudre, leur affaire Bettencourt et leurs cigares égarés au milieu de l'appartement en sous-pente d'un pote, ils ont commencé à faire leurs comptes : "merde .... les gars, je crois qu'on a baisé le budget".

Oui Charles-Henry ! Un point pour toi... mais rassures-toi, le déficit se porte au mieux. Je ne m'envole pas dans des considérations sur la dette, d'autres font ça mieux que moi (je conseil Objectif Liberté et Hashtable aux intéressés), par contre je regarde cela avec l'air amusé du connard qui pense : "je te l'avais bien dit !"... Et quand on prenait les libéraux pour des tâches inconscientes, on oublie aujourd'hui qu'un des arguments utilitaristes qu'ils pouvaient avancer était le niveau incroyablement haut de la dette des états...

Aujourd'hui, tout le monde aimerait croire à la reprise, seulement faut prendre ses petites mimines et remplir les caisses... Grâce au charisme de cocaïnomane d'un nain pragmatique mais pleutre, nous comprenons que l'absence totale d'idéologie d'une politique conduit à une incohérence et une incertitude toutes aussi totales quant aux action du gouvernement.

Je suis sévère, il y a une idéologie... inavouable... la ploutocratie ; devrais-je plutôt dire la cassecouillocratie : "plus t'es chiant plus t'en as". Concrètement ce qu'on va constater c'est qu'on va en mettre plein la gueule à ceux qui l'ouvrent le moins, intuitivement je pense PME et numérique...

Le numérique c'est carrément le pied... ce que je veux dire c'est que taxer Internet c'est comme taxer l'essence, l'élasticité de la demande est nulle, tu peux augmenter tant que tu veux, le nombre d'abonnés à Internet bougera pas trop, du coup Orange pourra gentiment veiller ses suicidés et SFR fournir plein de cash à Vivendi.

Du coup, je milite : tous les matins je lance YouPorn : 15 vidéos en lecture, je clique sur trois quatre pubs. Et je pense à tous les Stéphane Richard et Jean-Bernard Lévy qui, tout en ayant plus de prénoms que le bon sens ne l'exige, sont des partisans inconditionnels des débits à la gueule sous des prétextes fallacieux, type : "de toute façon c'est tous des pirates et des pédophiles"... Alors militons ! Apportons notre soutien à tous ceux que leur moralité exige de trépaner en leur baisant leur réseau et en rentabilisant les opprimés !

Illustration taxée sur un article sur la taxe carbone


1 commentaire:

  1. Gé-nial

    j'ai surtout bien ri dans le dernier paragraphe

    MiKa

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails